Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog de Marcus Da Writer

CE QUE VOUS FAITES COMPTE. N’ABANDONNEZ PAS.

28 Septembre 2014 , Rédigé par Da Writer Publié dans #De l'Entrepreneuriat, #De moi à vous

CE QUE VOUS FAITES COMPTE. N’ABANDONNEZ PAS.

Depuis quelques temps, je songe à un moyen de générer plus rapidement des revenus avec mon agence, Da Promoter Agency, car, il faut le reconnaître, les jeunes talents et les entrepreneurs commençants n’ont pas d’argent, alors compter sur eux pour faire du profit, ce n’est vraiment pas la meilleure des tactiques, et pour parier sur le long terme, il faut au moins avoir du soutien. Et depuis quelques temps, avec mon équipe, nous travaillons sérieusement sur une idée beaucoup plus fructueuse, mais qui n’a rien à voir avec la promotion des jeunes talents. Mon souhait, en faisant cela, c’est de pouvoir me concentrer essentiellement sur l’agence, et ne plus avoir à bosser ailleurs, parce que je déteste travailler pour des gens. J’ai horreur de cela.

Il y a quelques minutes, alors que je revenais de la boulangerie, je suis tombé sur une jeune adolescente, assise sur un banc, interprétant California King Bed de Rihanna. La fille avait une voix extraordinaire, quoiqu’elle ne l’élevât pas beaucoup. Je suis un passionné de musique, pas un fan de Rihanna, mais assez de ses chansons. Alors, je me suis arrêté et me suis mis à l’écouter sans qu’elle ne réalise que j’étais là. Je suis resté là une quarantaine de secondes avant qu’elle ne remarque ma présence. Ne pouvant plus feindre celui qui ne l’écoutait pas, je lui dis :

  • Wow ! Tu chantes super bien !

D’abord gênée, elle sourit mais ne dit rien. Je lui demande :

  • Tu prends des cours de chant ou tu es une chanteuse ?
  • Aucun des deux, répond-elle. J’aime chanter, c’est tout.
  • En tout cas, tu chantes bien. N’arrête surtout pas.
  • Merci, dit-elle timidement.
  • Tu n’aimerais pas devenir une chanteuse plus tard ?
  • Moi ? s’écrit-elle. Non !
  • Pourquoi ?
  • D’abord parce que c’est difficile, et puis parce que mes parents ne le voudront jamais.
  • Ils savent que tu chantes ?
  • Non !
  • Peut-être qu’ils t’encourageraient, on ne sait jamais.
  • Mon père, peut-être, mais pas ma mère.
  • Et toi ?
  • Moi, je ne sais pas. Je le fais juste parce que j’aime chanter, c’est tout.
  • Veux-tu continuer à chanter pour toi, ou chanter aussi pour les autres ?

La question l’a quelque peu laissée pantoise. Elle a réfléchi moment, a souri, puis a dit :

  • Si je le pouvais, j’allais le faire. A l’école, je chante avec des amies, mais ça s’arrête là.

Je vois une belle occasion, et lui dis :

  • Tu sais, je tiens une agence qui promeut les jeunes talents comme toi.
  • Ah oui ? Tu n’es pas trop jeune pour avoir une agence ? Et puis c’est quoi promeut ?
  • Promeut, c’est faire connaître. Ça vient du verbe Promouvoir. Et non, je ne suis pas trop jeune. Quand tu seras chez toi, va sur Facebook et cherche Da Promoter Agency, ou bien va directement sur le site www.dapromoter.com
  • C’est dommage, je n’ai pas Facebook. Mais je vais essayer de voir le site.
  • Ok ! Mais si jamais tu veux te faire connaître, tu n’as qu’à nous envoyer un mail.
  • D’accord, je le ferai, si je me décide.

Après cela, je lui demande son prénom, lui dis le mien, et poursuis mon chemin. Et pendant que je suis en train de marcher, je repense à ce qui vient de se passer et à ma nouvelle volonté de tourner le dos à mon idée de départ pour chercher du fric. Je me souviens aussi de ce qui m’avait poussé à créer cette agence : une jeune fille que j’avais entendue chanter aux Parcelles Assainies, à Dakar, deux ans auparavant. Là, je réalise que je suis en train de me détourner de mon premier objectif, de ma première motivation. C’est ce qui nous arrive tous à un moment, je parle des entrepreneurs sociaux. A un moment, lorsqu’on n’est pas soutenu et que les charges deviennent lourdes, qu’on a envie de se faire du fric à tout prix, il nous arrive d’oublier notre motivation première. Ce qui nous permet de revenir sur le chemin, c’est cette intime conviction, cette voix intérieure qui nous dit que ce que nous faisons compte, car nous changeons positivement la vie des gens. Ce qu’on fait vient répondre à un véritable besoin : beaucoup de jeunes avec d’énormes potentiels sont négligés, voire vivent parfois dans la précarité, alors que grâce à leur potentiel, ils devraient pouvoir transformer positivement leur vie. Cette rencontre m’a permis de redéfinir mes objectifs. C’est cette volonté d’aider les jeunes talents et entrepreneurs africains, sur lesquels l’on ne braque pas souvent les projecteurs, quoiqu’ils méritent une véritable attention ; c’est cette volonté-là qui m’a poussé à créer Da Promoter Agency. Je ne changerai pas de cap, parce que ce que nous faisons compte. En deux années, nous avons pu faire éclore de nombreux jeunes talents que personne ne voyait comme tel ; nous avons pu les conseiller dans le développement et l’exploitation de leur potentiel, les accompagner afin qu’ils sortent de leur timidité, qu’ils soient outillés pour affronter la réalité du milieu qu’ils souhaitent investir, et enfin qu’ils osent leur talent et le montrent au monde entier. C’est cela qui compte, et c’est ce qui comptera toujours. Cela ne veut pas dire que je ne ferai pas en parallèle des choses plus rentables, il faut bien vivre ; mais je ne me détournerai plus de ma motivation première. Ce qu’on fait à Da Promoter Agency, c’est révéler et promouvoir les jeunes talents et entrepreneurs d’Afrique.

PS : Ce billet, c’est pour dire à tous les entrepreneurs dont les idées viennent résoudre de véritables problèmes, ces entrepreneurs que j’appelle les entrepreneurs sociaux, de ne jamais abandonner et de ne surtout pas se détourner de leur objectif premier pour aller à la quête de l’argent. Sachez-le : ce que vous faites compte. Même si vous n’avez aucun soutien et que personne n’applaudit vos exploits, regardez les gens auxquels vous venez apporter de l’espoir, ce sont eux les plus importants. Ce que vous faites compte. Le meilleur travail qui soit, c’est celui qu’on fait pour les autres. Voir une vie changée positivement est beaucoup plus satisfaisant que se faire de l’argent en faisant une chose qu’on n’aime pas. J’en ai l’intime conviction. Dites-vous une dernière fois ceci : ce que vous faites compte. N’abandonnez pas.

Marcus Ibuka Ndjoli
CEO Da Promoter Agency
Author - Coach – Consultant
Social Entrepreneur – Speaker
Twitter : @marcusdawriter - #DaWriter
www.dapromoter.com/marcusdawriter.html

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article